Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

16 Fév

Conférence de Munich sur la sécurité

Catégories : Activité Parlementaire - Commission Défense et forces armées - Commission des Affaires Européennes

« L’Europe est le cadre absolu de l’affirmation de nous-mêmes. Nous avons besoin de passer mentalement vers un monde qui a changé. » C’est par ces mots que le Président de la République fédérale d’Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, a ouvert la 56e Conférence de Sécurité de Munich, du 14 au 16 février à Münich.

Au programme :

  • Un débat croisé entre Wolfgang Schäuble, Président du Bundestag allemand, et Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des représentants des États-Unis. Au programme : le futur de la démocratie et le rôle des Parlements pour trouver le juste équilibre entre compromis et leadership.
  • Des rencontres avec plusieurs acteurs en marge de la conférence. Comme Thierry Breton, Commissaire européen au Marché intérieur, Margaritis Schinas, Commissaire pour la promotion de notre mode de vie européen, ou encore Ursula von der Leyen, lors du dîner d’État donné par le Ministre-Président de la Bavière, Markus Söder.
  • Une table-ronde le dimanche, sur une « Europe qui se projette », en présence de Jean-Yves Le Drian, Ministre des Affaires étrangères, Josep Borell, Haut-Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Luigi Di Maio, Ministre italien des Affaires étrangères ou encore Jacek Czaputowicz, Ministre polonais des Affaires étrangères.
  • Des conférences et des débats sur l’avenir de l’Europe, la sécurité, les femmes dans la société, l’impact du numérique, etc.

La deuxième journée a été particulièrement marquée par le discours sur l’Europe du Président de la République Emmanuel Macron. Ce dernier a en particulier souligné le moment de vérité que vit l’Europe, en raison de la crise de nos démocraties et de nos classes moyennes. Sabine Thillaye a ainsi pu apprécier l’engagement d’Emmanuel Macron pour plus d’investissement. Avec un enjeu particulier : parvenir à une souveraineté numérique européenne commune.

S’agissant de la relation franco-allemande, E. Macron a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas de frustrations du côté français, seulement des impatiences. Car nous souhaitons une Europe de la Défense forte, libre et prête à se définir vraiment pro-européenne.

Sabine Thillaye se félicite enfin d’avoir pu représenter l’ Assemblée nationale dans un cercle restreint de haut niveau. Et entend continuer de partager sa vision européenne, dans la droite ligne des idéaux et de l’action du Président de la République.

Publié le 16/02/2020
Sabine THILLAYE