Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

28 Mar

Le groupement européen de forces spéciales officiellement lancé

Catégories : Commission Défense et forces armées

En juin 2019, la ministre des Armées, Florence Parly, avait appelé les nations européennes à engager leurs forces spéciales au Sahel. L’objectif : accompagner les forces locales, éviter une déstabilisation du Sahel et faire en sorte que l’Europe intègre « dans son logiciel l’action contre le terrorisme ». La ministre avait largement appuyé sur ce dernier point : si le Sahel n’est pas « stabilisé », alors l’Europe aura « durablement sur sa tête non pas une, mais deux épées de Damoclès : celle du terrorisme et des prises d’otages, et celle des migrations illégales, dont beaucoup transitent par ces territoires. »

Or, ce jeudi 26 mars 2020 marque un tournant dans notre engagement commun. Ce même jour, a été diffusée une déclaration politique des gouvernements allemand, belge, britannique, danois, estonien, français, malien, néerlandais, nigérien, norvégien, portugais, suédois et tchèque marquant officiellement la création de la Task Force Takuba.

La Task Force Takuba est désormais validée par 13 États, mais seulement 6 ont déjà décidé d’y contribuer. Ainsi, « les participants ont salué les contributions d’ores et déjà annoncées par la Belgique, le Danemark, l’Estonie, la France, les Pays-Bas et le Portugal, ainsi que la contribution envisagée de la Suède et ont appelé des engagements supplémentaires à cet effort européen commun visant à accroître la sécurité internationale. »

Dans la continuité du nouveau cadre insufflé lors du sommet de Pay, Takuba s’inscrit donc dans une approche globale, ayant pour but de rassembler de manière cohérente les différentes actions menées sur place.

Communiqué de presse :

« À la demande des autorités maliennes et nigériennes, L’ALLEMAGNE, LA BELGIQUE, LE DANEMARK, L’ESTONIE, LA FRANCE, LA NORVÈGE, LES PAYS-BAS, LE PORTUGAL, LA RÉPUBLIQUE TCHÈQUE, LE ROYAUME-UNI ET LA SUÈDE soutiennent politiquement la création d’une task force, intégrée au commandement de l’opération Barkhane, visant à lutter contre les groupes terroristes dans la région du Liptako. Dénommée Takuba, cette task force sera principalement composée de forces spéciales européennes soutenues par des moyens essentiels fournissant un haut niveau d’autonomie. Elle conseillera, assistera et accompagnera les forces armées maliennes, en coordination avec les partenaires du G5 Sahel, la mission de l’ONU (MINUSMA) et les missions de l’UE (EUTM Mali, EUCAP Mali et EUCAP Niger), en s’appuyant pour ce faire sur une base légale robuste conforme au droit international.Nous saluons toutes les contributions, comme celles déjà annoncées par LA BELGIQUE, LE DANEMARK, L’ESTONIE, LA FRANCE, LES PAYS-BAS ET LE PORTUGAL, ainsi que la contribution envisagée de la SUEDE (processus de validation parlementaire en cours), et appelons à des engagements supplémentaires en faveur de cet effort européen commun qui vise à renforcer la sécurité, la gouvernance, le développement et le respect des droits de l’homme au Mali et dans la région, mais aussi à accroître la sécurité internationale.La Task Force Takuba devrait atteindre sa capacité opérationnelle initiale (IOC)à compter de l’été 2020 et sa pleine capacité opérationnelle (FOC) début 2021. La Task Force Takuba pourra, de par sa structuration, agir rapidement et s’adapter face à l’évolution de la menace représentée par les groupes terroristes. Elle jouera un rôle clé dans l’autonomisation rapide des forces armées locales. »

Publié le 28/03/2020
Sabine THILLAYE