Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

21 Juil

Conseil européen extraordinaire : Les 27 passent le cap

Catégories : Commission des Affaires Européennes

Les négociations auront duré quatre jours, faisant de ce conseil un des plus long de l’histoire de l’Union européenne, pour finalement être fructueuses : le plan de relance est là.   

Après les mesures d’urgences prises ces derniers mois, l’élan de solidarité est enfin acté, l’Union européenne acquiert une nouvelle dimension.       Inédit pour ses 750 milliards d’euros directement injectés aux programmes européens, le plan de relance met tout le monde d’accord sur au moins un sujet : il est historique.  

Chaque Etat a dû écouter les autres, dépasser sa propre conscience nationale et le contexte social et économique dans lequel il évolue actuellement. Mais s’écouter, les uns les autres, n’est pas l’essence de l’Union européenne ? On peut réfléchir à la réforme du système institutionnel mais les intérêts de nos partenaires ne doivent jamais quitter notre esprit.    Si l’on peut toutefois saluer l’exploit diplomatique, en particulier du couple franco-allemand, certains sujets méritent encore notre attention.  

Sur l’écologie, nous avançons : 30% des investissements seront destinés à la transition écologique. Nous avançons, mais trop peu : il aurait fallu être plus ambitieux alors qu’une occasion se présentait. Les engagements du Pacte vert ne doivent pas compléter la relance, mais bien la guider.

De même, je ne peux que déplorer l’affaiblissement du mécanisme de conditionnement des aides au respect de l’Etat de droit. Les standards démocratiques en Europe ne sont pas négociables. L’Union devra redoubler d’effort dans la protection de ses valeurs fondamentales.

Maintenant c’est au tour des parlementaires. Le Parlement européen, d’abord, doit approuver l’accord. Les parlements nationaux, ensuite, devront autoriser leurs États à ratifier les emprunts. Ne laissons pas passer notre tour.

Publié le 21/07/2020
Sabine THILLAYE