Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

08 Fév

Échange avec la Commissaire européenne Stella Kyriakides sur la construction d’une Europe de la santé forte

Catégories : Commission des Affaires Européennes

Aujourd’hui, la présidence parlementaire portugaise de l’UE avait organisé un échange informel avec Stella Kyriakides, Commissaire européenne à la santé et la sécurité alimentaire.

L’irruption de la pandémie de Covid-19 il y a un an aura démontré la nécessité d’améliorer la coopération sanitaire européenne. Si les premières réactions nationales ont consisté en un repli des États membres avec des fermetures de frontières décidées unilatéralement, nous avons rapidement compris qu’une réponse européenne cordonnée était indispensable.

Progressivement, le repli national a laissé place à une amélioration de la coopération, qui doit perdurer. Lors de la COSAC de novembre dernier, nous avions déjà évoqué la coopération sanitaire à l’aune de cette pandémie. J’avais constaté un large consensus transnational et transpartisan en faveur des mesures proposées par la Commission européenne, à certains égards techniques mais qui feront la différence pour lutter contre les épidémies. Par exemple, la méthode de collecte des données varie selon les États membres, ce qui rend moins précises les estimations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et donc l’état de nos connaissances face au virus. La construction d’une Europe de la santé forte passe par une harmonisation de nos pratiques. En d’autres termes, elle suppose d’aller vers une Union sans cesse plus étroite.

Si bien souvent la logique de court terme domine, la crise sanitaire que nous traversons nous rappelle l’importance de savoir prendre du recul et réfléchir de manière stratégique à long terme. Lors de la dernière réunion de l’Assemblée parlementaire Franco-Allemande, nous avons adopté une proposition de résolution commune qui appelle « à poursuivre le développement de notre coopération (…) contre de possibles futures pandémies. »

Dans cette logique de long terme, la Commission européenne propose la création d’une nouvelle autorité pour la réaction aux urgences sanitaires nommée HERA (Health Emergency Response Authority) qui verrait le jour en 2023. Inspirée du modèle américain elle aurait pour objectif d’améliorer la réponse aux menaces transfrontalières en matière de santé.

De notre coté, la commission des Affaires européennes, a déjà fait des propositions en juillet dernier dont la plus ambitieuse consistait en la création d’une force européenne de la santé. Il s’agirait d’une réserve sanitaire européenne composée de personnel médical et soignant formés aux urgences et gestes adaptés en provenance de toute l’Union. Dans le même temps, un budget dédié permettrait d’assurer la visibilité de l’action européenne et son évaluation y compris au niveau des différents parlements nationaux. Néanmoins la première étape et la priorité à ce stade reste notre demande de réunir et expliciter les bases juridiques liées à la politique de santé dans les traités européens pour une meilleure lisibilité et donc une meilleure efficacité.

© Lukasz Kobus / Commission européenne

Publié le 08/02/2021
Sabine THILLAYE