Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

04 Mai

Florence Parly réaffirme les objectifs de la loi de programmation militaire

Catégories : Commission Défense et forces armées

Le 4 mai, la Commission de la Défense nationale et des forces armées a auditionné Florence Parly, ministre des Armées, sur l’ajustement de la loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025. L’intervention se faisait suite au refus du Gouvernement d’une actualisation législative de la loi, initialement prévue en 2021.

Pendant l’audition, la ministre a réaffirmé les priorités de la loi de programmation militaire (LPM), à savoir la remontée en puissance de l’outil de défense, la construction de l’autonomie stratégique européenne et la consolidation de la base industrielle et technologique de défense française. A cet effet, le montant financier de la LPM sera maintenu à 198 milliards d’euros sur la période 2019-2023 et augmentera comme prévu de 3 milliards en 2023 par rapport à 2022, en dépit de la crise sanitaire qui touche sensiblement le budget de l’État. Toutefois, la ministre a laissé entrevoir un réajustement des ressources pour les années 2024 et 2025.

Quant aux ajustements stratégiques, Madame Parly a identifié trois axes : la détection, la protection et la préparation.

Le premier axe vise à renforcer le renseignement militaire et la cyberdéfense. Ainsi, le ministère investira davantage dans le développement d’outils de collecte, de traitement de données et de logiciels. 

Concernant le deuxième pilier, la ministre a souligné la nécessité d’accélérer l’effort porté sur la résilience et la protection du territoire national et des Français. Ceci doit se traduire par davantage d’investissements dans la protection contre les risques nucléaires, radiologiques et chimiques ainsi que dans les dispositifs anti-drones. Des travaux de recherche sont en cours pour préparer les futurs systèmes d’identification et de neutralisation de drones. En même temps, la protection des installations sensibles sera renforcée, en particulier en vue de la coupe du monde de rugby en 2023 et des Jeux Olympiques de 2024. 

Enfin, le troisième axe d’ajustement concerne l’entraînement et la préparation opérationnelle. Face aux nouveaux espaces de conflictualité auxquels les armées sont confrontés, les entraînements des soldats seront multipliés et les militaires recourront davantage à la simulation dans les centres de formation.

Au-delà de la LPM, la ministre a évoqué deux sujets d’actualité

Suite au décès du président tchadien, Idriss Déby, la France appelle à un dialogue politique inclusif et ouvert et soutient les différentes initiatives africaines pour appuyer la transition politique dans le pays sahélien. L’engagement de l’armée tchadienne aux côtés de la France, lui, n’est pas remis en cause pour l’instant. 

Par ailleurs, Mme Parly a réagi à la tribune publiée par plusieurs généraux retraités et cosignée par 18 militaires d’active qui appelait à un coup d’État en France. Celle-ci ne porterait en aucun cas la parole des militaires. Elle a en outre rappelé que les armées ne sont pas là pour faire des campagnes politiques, mais pour protéger les Français. En conséquence, les 18 soldats d’active, qui ont violé leur droit de réserve, subiront des sanctions disciplinaires.

Publié le 04/05/2021
Sabine THILLAYE