Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

01 Oct

[Entreprise] DEMOUSSIS : une aventure industrielle de 75 ans !

Catégories : Travail en Circonscription

Jérôme Guignon, David Subileau et Jean Philippe Sepchat, ont eu la très bonne idée, en 2020, après avoir repris la gouvernance de l’entreprise en 2016, de parier sur un transfert de l’ensemble de l’activité, de Neuillé-Pont-Pierre vers Fondettes.

Créée en 1946 à Neuillé-Pont-Pierre par André et Bernadette Demoussis, cette famille a marqué le paysage industriel, politique, associatif et urbain de la commune de Neuillé-Pont-Pierre.
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à son retour du Service du Travail Obligatoire (STO), le grand-père, André, d’abord compagnon du devoir, puis maréchal ferrant, crée une entreprise de réparation et de fabrication de brouettes, à la sortie du village.

À partir de cette date, la société n’a eu de cesse de se développer jusqu’à la retraite d’André en 1985. C’est alors Serge Demoussis, son fils, qui reprend la gestion de l’entreprise familiale. A son décès accidentel en 2016, trois actionnaires (dont David Subileau, petit-fils de Bernadette et d’André Demoussis) reprennent l’établissement et ses trois SARL – CREA METAL, ICP et CréA Voile -, avec deux cogérants.
D’abord tentés par l’aménagement de bâtiments sur la zone industrielle de Polaxis à Neuillé Pont Pierre, c’est au printemps 2020 que toutes les activités et le personnel ont été transférés sur l’ancien site de SANDVIK à Fondettes.

Ce site qui avait abrité la mythique entreprise SAFETY, puis Sandvik qui ferma ses portes en 2019, se voit réinvesti par cette nouvelle enseigne. Et l’arrivée de Demoussis a été non seulement bien reçue, mais elle a également permis à ce pôle Membrollais-Fondettois de ne pas se transformer en friche industrielle.

Ce sont aujourd’hui 4 500 m2 d’ateliers, 1,5 million d’€ d’investissement, une cinquantaine d’emplois et une industrie de pointe, pilotée par des salariés hautement qualifiés et connectée aux sociétés commerciales partenaires.À la tribune, aux côtés des élus locaux, dont le Maire de Fondettes Cédric De Oliveira et devant un parterre d’invités j’ai pu redire combien la France a tout pour réussir, les capacités d’accompagner et de développer des entreprises à taille humaine comme Demoussis, dans un esprit de co-construction et de cogestion. Combien la France peut être fière de ses entrepreneurs qui prennent des risques importants pour générer une plus-value à notre économie et nos territoires. Et enfin comment le monde de l’entreprise peut également compter sur le gouvernement et l’Europe, nous l’avons vu dans le cadre du plan de relance, où 40 milliards sur les 100 injectés durant la crise, sont venus directement de l’Europe.

Au moment où les matières premières explosent leur tarification, les problèmes de main d’œuvre sont récurrents, la France doit s’unir, compter sur ses compétences, ses idées et ses énergies créatives. C’est à ce prix, que nous parviendrons, ensemble, à maintenir un niveau de performance industriel et une technologie à hauteur des enjeux économiques et environnementaux qui nous attendent.

Publié le 01/10/2021
Sabine THILLAYE