Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

15 Mai

Conférence sur la défense européenne et franco-allemande

Catégories : Activité Parlementaire - Commission Défense et forces armées

A l’invitation du comité franco-allemand LaREM et du pôle Europe du comité LaREM du 10e arrondissement de Paris, je suis intervenue lors de la conférence « L’Europe de la défense et le couple franco-allemand : un défi industriel, politique et de cyberdéfense » avec Barbara KUNZ, chercheuse au sein du Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa) de l’Ifri – Institut français des relations internationales, et Olivier KEMPF, chercheur associé à l’IRIS – Institut de Relations internationales et stratégiques.

Rapprochement des cultures stratégiques, développement d’une base industrielle et technologique européenne, rôle majeur de la cyberdéfense : les débats ont été vastes. 

Cela a été dit maintes fois souligné à l’occasion de la remise du Prix Charlemagne au Président de la République : nous devons enfin prendre notre destin en main. La prise de conscience d’intérêts de sécurité partagés progresse, tout comme l’ambition de disposer de moyens d’action plus autonomes. Le défi est immense mais pas insurmontable. Le moteur franco-allemand peut créer une véritable dynamique ouverte aux pays volontaires, pour assurer notre autonomie stratégique collective !

Nous devons en premier lieu nous donner les moyens de nos ambitionsLa France est pleinement mobilisée, augmentant avec détermination son budget de la défense de 1,8 milliard d’euros en 2018, puis de 1,7 milliard par an d’ici 2022. La hausse est par ailleurs importante dans la plupart des Etats membres. Les projets européens doivent également prendre corps et prouver leur effectivité.

Fonds européen de défense, Coopération structurée permanente, renforcement du rôle de l’Agence européenne de défense, mise en œuvre de la Revue annuelle coordonnée de défense, ou encore création d’un mini-QG militaire européen : ces avancées sont encore timides mais bien réelles. Ces projets démontrent d’ores et déjà la valeur ajoutée et la capacité d’entraînement du couple franco-allemand.

Pour que la capacité d’entraînement du couple franco-allemand joue à plein et assurer la pérennité des orientations prises en matière de défense, il est essentiel de rapprocher nos cultures stratégiques. En premier lieu entre la France et l’Allemagne. Il faut œuvrer à un dialogue fondé sur le respect, la réciprocité, et la compréhension de l’altérité. Si nous n’avons pas toujours les mêmes sensibilités ou manières de penser, nous devons souligner les complémentarités, les convergences.

La crédibilité et l’efficacité, c’est aussi garantir que nous pourrons protéger nos intérêts de manière souveraine à long terme. Il est donc essentiel de poursuivre le développement d’une base industrielle et technologie européenne de référence. Il faut rapprocher, rationaliser les industries de défense européennes. Assurer l’autonomie stratégique européenne, c’est également renforcer notre compétitivité et notre capacité à innover. Construisons les champions industriels de demain, capables de rivaliser sur la scène internationale face à leurs concurrents. De nombreux projets franco-allemands sont ainsi en cours de développement : char de combat, avion de combat, drones, systèmes de patrouille aérienne, surveillance satellitaire, etc. 

L’unité ne doit pas signifier l’uniformité, car nos complémentarités sont notre force. La coopération franco-allemande, l’Europe sont une idée : il est de notre responsabilité de leur donner vie. Nous avons fondamentalement besoin d’aller de l’avant, d’oser prendre des initiatives : le rôle du couple franco-allemand est de trouver les espaces de compromis qui font avancer l’Europe. 

Publié le 15/05/2018
Sabine THILLAYE