Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

22 Jan

Signature du Traité d’Aix-la-Chapelle pour la coopération franco-allemande

Catégories : Activité Parlementaire - Commission des Affaires Européennes

Il y a des moments dans l’histoire qui marquent une génération, une vie personnelle ! Le Traité de l’Elysée nous a rapproché entre Français et Allemands ; avec le Traité d’Aix-la-Chapelle, nous allons avancer ensemble vers une Union européenne souveraine et solidaire.
Ce 22 janvier, le Président Emmanuel MACRON et la Chancelière Angela MERKEL ont signé à Aix-la-Chapelle un nouveau « Traité sur la coopération et l’intégration franco-allemandes », pour compléter le Traité de l’Elysée de 1963. Avec mes collègues Christophe AREND et Andreas JUNG, co-Présidents du groupe de travail parlementaire franco-allemand, nous avons participé à cette cérémonie, soulignant le rôle et l’implication des parlementaires dans l’approfondissement des relations franco-allemandes.
« Nous avons besoin d’une renaissance de l’enthousiasme ! », „Wir brauchen eine Renaissance der Begeisterung!“ : ‏c’est bien par ces mots qu’Armin Laschet, Ministre-Président du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a ouvert cette cérémonie à l’Hôtel de Ville d’Aix-la-Chapelle.
Ce renforcement sans précédent est ainsi le fruit d’une méthode nouvelle : le 22 janvier 2018, l’Assemblée nationale et le Bundestag allemand ont mis en place un groupe de travail parlementaire franco-allemand. Pendant un an, neuf députés français et neuf députés allemands représentant tous les groupes politiques ont été mandatés pour à la fois formuler des propositions pour actualiser le Traité de l’Elysée, et préparer un accord parlementaire.
2019 sera l’année d’une ambition renouvelée pour notre coopération : je mesure pleinement ce que la volonté politique partagée et le courage peuvent permettre de construire. La Chancelière Angela Merkel et le Président de la République l’ont rappelé : « Nous sous-estimons sans doute trop souvent ce miracle politique » du Traité de l’Elysée. « Aucun succès européen ne peut se construire dans l’isolement », il faut donc « montrer combien des nations adultes ont à gagner à converger ».
Bien plus que le Traité de l’Elysée de 1963, ce nouveau traité est le fruit d’une volonté partagée par les gouvernements comme par l’Assemblée nationale et le Bundestag allemand. Dans le cadre de cette nouvelle relation, nous voulons aborder de front les défis de la convergence en Europe. Ce travail approfondi aura des bénéfices concrets sur le quotidien des citoyens et le dynamisme économique de nos deux pays. »
Cette journée du 22 janvier 2019 constitue bien plus qu’une simple étape supplémentaire sur l’échelle de notre coopération. Elle marque la volonté de nos deux pays, Exécutifs comme Parlements, de transformer et de rénover notre coopération au cœur de l’Europe pour relancer le projet européen, avec l’ensemble des acteurs de nos sociétés.
Deuxième innovation majeure en 2019 : l’assemblée parlementaire franco-allemande, dont l’accord de création sera examiné par l’Assemblée nationale et le Bundestag allemand en février.
Fondé sur la complémentarité, le couple franco-allemand n’a pas vocation à être exclusif, mais ouvert à tous ceux qui souhaitent s’engager pour bâtir une Europe plus souveraine, unie et démocratique.
« Lorsque mon cœur cherche un mot français et qu’il ne le trouve pas, je vais parfois le chercher dans la langue allemande » : c’est sur cette citation de Mme de Staël qu’Emmanuel Macron a clos son intervention.
Publié le 22/01/2019
Sabine THILLAYE