Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

07 Nov

Zones non traitées – échanges et avancées

Catégories : Travail en Circonscription

Vendredi 25 octobre 2019, Sabine Thillaye s’est rendue à Saint-Nicolas-de-Bourgueil pour échanger avec les viticulteurs des AOC Bourgueil et Saint-Nicolas-de-Bourgueil sur la problématique des ZNT (Zones non traitées).

Cette mesure, qui doit être mise en place par décret national, va interdire le traitement des cultures dans les zones se trouvant à proximité des habitations. La délimitation de cette zone varie en fonction du type de culture. S’agissant de la viticulture, la distance retenue pour le moment est de 10 m au minimum. Cette distance peut être réduite en utilisant des dispositifs anti-dérive (5 m avec la technique de pulvérisation « Face par face » et 3 m en installant des panneaux récupérateurs).

La mise en place de ZNT inquiète les viticulteurs qui vont accuser des pertes importantes (réduction des zones de cultures, investissement important dans l’équipement de dispositifs anti-dérive qui ne sont pas mutualisables, etc…). De plus, ils soulignent que la profession a déjà mis en place des bonnes pratiques pour limiter l’utilisation de produits phytosanitaires. Les syndicats des vins de Bourgueil et de Saint-Nicolas-de-Bourgueil accompagnent d’ailleurs les viticulteurs dans l’obtention de la certification HVE (Haute Valeur Environnementale), qui propose un ensemble de bonnes pratiques à mettre en œuvre pour préserver la biodiversité et mieux gérer la fertilisation ainsi que l’irrigation de la vigne.

Cet échange a aussi été l’occasion de discuter des difficultés que les viticulteurs rencontrent actuellement dans l’exercice de leur métier (crise du vin rouge, conséquences de la taxe sur le vin imposée par les États-Unis – l’Amérique du Nord est le premier marché à l’export pour les AOC Bourgueil et Saint Nicolas de Bourgueil). S’agissant du recrutement, cette année encore, les viticulteurs ont eu beaucoup de mal à trouver de la main d’œuvre pendant les vendanges, malgré l’instauration du cumul du RSA et du salaire vendanges, mis en place par le département et la CAF pour promouvoir l’emploi (présentée dans la newsletter d’août 2019).

Merci à la Confédération des vins du val de Loire, les syndicats des vins de Bourgueil et de Saint Nicolas de Bourgueil pour leur accueil et le temps qu’ils ont accordé à Sabine Thillaye.

Publié le 07/11/2019
Sabine THILLAYE