Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

15 Jan

Travaux en Commission de la Défense sur la conflictualité en Afrique

Catégories : Activité Parlementaire - Commission Défense et forces armées

Au programme : une table-ronde sur la conflictualité en Afrique – Afrique centrale, corne de l’Afrique, golfe de Guinée. Elle-même suivie le soir même par une audition de la Ministre Florence Parly sur les opérations militaires françaises à l’étranger, et notamment Barkhane. Cette dernière est une opération militaire au Sahel et au Sahara de l’armée française, avec l’aide des armées estonienne, britannique, et danoise.

Nous avons ainsi mené ces auditions deux jours après que le Président de la République et Chef des armées, Emmanuel Macron, a annoncé lors du sommet « G5 Sahel », l’envoi de 220 soldats supplémentaires pour renforcer la force Barkhane. En présence du capitaine de vaisseau Pierre de Briançon, cabinet du chef d’état-major de la Marine, et des colonels Cyril Meunier du centre de planification et de conduite des opérations de l’état-major des Armées, et Loïc Mizon, chef du Bureau Afrique à l’état-major des Armées, nous sommes revenus sur les opérations françaises (Barkhane, République centrafricaine, golfe de Guinée), l’influence accrue de puissances étrangères dans la région (Chine, Russie, Turquie, etc.), et sur la lutte contre le terrorisme à travers le continent.

En ce qui concerne l’opération Barkhane, la France et les pays du G5 Sahel (Niger, Tchad, Mauritanie, Burkina Faso, Mali), vont renforcer leur coopération militaire contre la menace terroriste. L’engagement militaire de la France a été confirmé. Ainsi, un nouveau cadre politique stratégique et opérationnel, baptisé « Coalition pour le Sahel », rassemblant le G5 Sahel, la force Barkhane et les pays partenaires est prévu.

En outre, il a été décidé de concentrer immédiatement les efforts militaires dans la zone des trois frontières (Mali, Burkina, Niger) où se sont concentrées les attaques ces derniers mois, sous le commandement conjoint de la Force Barkhane et de la Force conjointe du G5 Sahel. La priorité : cibler le groupe État islamique dans le grand Sahara – EIGS. En Centre-Afrique, le Ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, s’était récemment inquiété de l’arrivée de mercenaires russes en provenance de sociétés militaires privées.

Dans le golfe de Guinée, un rapport publié par le Bureau maritime international a fait état d’une augmentation des actes de piraterie. Certaines régions du golfe, le Nigeria et l’Angola, connaissent ainsi un risque accru par rapport à d’autres. La France est présente dans la région dans le cadre de la mission Corymbe, avec pour objectif premier de lutter contre le brigandage.

Enfin, les forces françaises stationnées à Djibouti – FFDj maintiennent un effectif de 1 350 soldats, présence qui ouvre une porte sur l’océan Indien et la corne de l’Afrique. Ainsi, la France a été sollicitée pour l’opération humanitaire « Caouanne », conduite au profit du Mozambique, frappé par les cyclones Idai et Kenneth en mars dernier.

Publié le 15/01/2020
Sabine THILLAYE