Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

15 Mai

Une dynamique collective pour un retour progressif à l’école

Catégories : Travail en Circonscription

Et s’il fallait que je retourne à l’école ce matin, que je choisisse – ou non – de remettre mes enfants sur le chemin de l’école ? Ce ne serait pas sans une légère appréhension et quelques inquiétudes quant à la possible exposition et transmission du virus encore bien présent. 

A l’heure du retour progressif à l’école, je sais les efforts et les heures de travail déployées par les élus locaux, le corps enseignant et les services de l’Etat pour permettre aux enfants de retrouver leur maître ou leur maîtresse, leur classe et certains de leurs amis dans la cour. Un espace d’apprentissage et de récréation en demi-teinte, car repensé et réaménagé selon le protocole sanitaire exigeant. Apprendre autrement, vivre et jouer avec des nouveaux gestes.

Ces dernières semaines, tous les acteurs en lien avec l’Education se sont mobilisés pour réfléchir aux modalités de retour à l’école et assurer l’accueil progressif des élèves volontaires dans les meilleures conditions possibles. Je ne peux qu’appuyer cette démarche de co-construction. Une nécessaire application, au cas par cas, en tenant compte de chaque situation locale et des contraintes annexes de transport, du temps périscolaire, de la pause méridienne, des repas…

Fruit de ce travail d’adaptation et de concertation de l’ensemble de la communauté éducative, ce sont aujourd’hui « 97 % des écoles maternelles et primaires d’Indre-et-Loire qui vont rouvrir. Soit 381 écoles sur 403 avec une présence échelonnée de 30 à 82 % des enfants ». La priorité est donnée aux enfants de soignants, des forces de l’ordre et des personnels de l’Éducation nationale mais aussi aux classes dites « charnières », ou encore les jeunes en décrochage par groupes de 15 élèves maximum. 

Sur la 5ème circonscription de Touraine Nord-Ouest, certaines prévoient une réouverture de toutes les classes dès cette semaine, comme à Neuvy le Roi ou Langeais. D’autres se sont laissées plus de temps, afin de réunir les moyens nécessaires à l’application des gestes barrières. C’est le cas de l’école de Pernay, de Château-la-Vallière ou encore du RPI de Channay-sur-Lathan. Seules les écoles de Saint-Paterne-Racan et Cléré-les-Pins resteront fermées, ne pouvant mettre en œuvre le protocole sanitaire nécessaire à l’ouverture des écoles maternelles et élémentaires par manque de personnel, de matériel adéquat ou de locaux adaptés.

Je tiens à remercier, tant par le travail fourni que par la réponse, tous les professeurs des écoles qui ont redoublé de proximité, d’inventivité et d’ingéniosité pour assurer le suivi des enfants à distance, en s’adaptant immédiatement à cette situation nouvelle. Ces équipes maintiendront la continuité pédagogique pour accompagner simultanément les enfants qui ne feront pas leur rentrée et ceux qui ne seront présents que partiellement. Une adaptation de tous les instants pour repenser l’école et garder le lien.

En cette période difficile, j’ai vu fleurir sur les murs virtuels des apprentissages différents, recettes sucrées/salées, petits jardins potagers, dessins, comptines, visites virtuelles, lectures et documentaires, processus créatifs, de l’humour, des BD, beaucoup plus de choses écrites, des messages de soutien adressés aux enfants avec des astuces pour comprendre, apprendre autrement, en s’amusant et accompagner les familles dans le suivi quotidien. Aussi, l’école à la maison a pu être source de tensions avec les parents, à qui l’on a demandé de sortir de leur rôle habituel et qui se sont vus rajouter une casquette d’enseignant.

L’école a tous les outils pour évoluer, et cette période aura permis d’expérimenter des nouvelles modalités de fonctionnement. Nous devons plus que jamais accompagner nos territoires pour optimiser l’accès au numérique, dans l’objectif de réduire les fractures et les inégalités que nous avons pu constater. 

C’est un enjeu pour chacun d’entre nous et un devoir envers nos jeunes générations.

Dans l’attente de vous retrouver dans les écoles, je souhaite à chacune et chacun d’entre vous, une rentrée en douceur, et reste à vos côtés pour répondre aux difficultés.

Sabine THILLAYE

(c) Sabine Thillaye en visite à l’Ecole de Hommes en décembre 2019 aux côtés de Dominique Bourget, Directeur Académique d’Indre-et-Loire.

Publié le 15/05/2020
Sabine THILLAYE