Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

18 Mai

L’indispensable chaîne alimentaire

Catégories : Travail en Circonscription

Agriculteurs, grossistes, associations de collecte d’aliments… ils ont tous été en première ligne durant la crise sanitaire, formant le premier maillon de la chaîne alimentaire.

En Touraine, la crise sanitaire aura ouvert le champ des possibles et accéléré le développement des circuits courts. L’angoisse de la pénurie aura frappé bien des Français, mais ils auront été là, nos agriculteurs, nos producteurs. Répondant à l’incertitude, ils se sont rapidement mobilisés. Avec le soutien de la Chambre d’Agriculture d’Indre-et-Loire, les Jeunes Agriculteurs 37 auront mis sur pied une carte interactive d’identification des « fermes réalisant de la vente directe ». 30, 40, 60, 90… aujourd’hui 186. 186 producteurs locaux réalisant de la vente directe ont ainsi été explicitement recensés par les JA37. Qui l’aurait cru ? Qui l’aurait su ? Des producteurs de viandes, des producteurs d’œufs, des pépiniéristes, des horticulteurs, des fromagers, des laitiers, des brasseurs de bières, des boulangers… Cette carte, fruit d’un travail méticuleux, aura permis aux Tourangeaux de pouvoir s’approvisionner en produits frais, près de chez eux, favorisant la résilience d’une agriculture locale et de proximité. En complément, la Chambre d’Agriculture aura développé une plateforme numérique, https://boutique.mangeztouraine.fr/, afin de faciliter sur la Métropole tourangelle, la commercialisation de nombreux produits fermiers. 

Sur la même dynamique, les grossistes alimentaires de notre Région Centre-Val de Loire, privés de leurs premiers débouchés que sont les restaurants et les bars, ont joué un rôle incontournable. Durant toute la période de confinement, les équipes sont restées mobilisées pour permettre et garantir la mission d’utilité publique : le droit à chacun des Français de se nourrir dans la dignité. Au plus près des personnes fragiles par le biais des associations de collecte alimentaire (Banque alimentaire, Restos du Coeur…), ils ont également assuré l’approvisionnement des établissements de santé, des écoles restées ouvertes pour accueillir les enfants du personnel de santé, des centres pénitenciers, des centres hospitaliers complètement investis dans la lutte contre le covid19, des bases militaires… Un combat du quotidien qui mérite d’être salué, et mis en lumière. Car isolés et agissant dans l’ombre, c’est bien une épée de Damoclès qui pèse actuellement sur leurs épaules : la perte de leur chiffre d’affaires est estimée à 70%. C’est pourquoi nous nous sommes mobilisés auprès des services de l’État, pour que les acteurs du secteur « commerce de gros et grossistes » soient inclus dans le périmètre du plan spécifique pour la filière Hôtel, Cafés, Restaurants (HCR) qui doit favoriser la mise en place d’une campagne de soutien à la consommation. Car Epi’Saveurs, Saveurs d’Antoine Négotours, Passion Froid, TerreAzur, Mag-Fruits, Jardin D’ici, Délice & Création, Estivin… Ce sont peut-être des enseignes qui ne vous parlent pas, mais qui en appellent directement à nos producteurs locaux pour approvisionner nos repas.

Enfin, les associations de collecte alimentaire, et notamment la Banque Alimentaire de Touraine, n’ont cessé à aucun moment leur activité d’aide aux plus démunis. Grâce à l’engagement et à la motivation de nombreux bénévoles, la Banque Alimentaire de Touraine a pu apporter son aide à des milliers de Tourangeaux. En, Indre-et-Loire, c’est environ 16 000 personnes qui sont accompagnées au quotidien, représentant l’équivalent de 2,7 millions de repas par an. Le président, Dominique Cochard, nous a précisé que la Banque Alimentaire n’avait jamais autant reçu de denrées. Des produits redistribués par des bras volontaires aux CCAS, aux associations en charge des plus démunis, aux personnels de santé, aux pompiers, ambulanciers, éboueurs, agents de l’État… Avec le déconfinement, se profilent le retour des périodes de ramassage. Il faut remplir les stocks. La Banque Alimentaire de Touraine aura besoin de bénévoles et nous saurons relayer leurs appels.

Aussi, le temps qui s’ouvre à nous, doit être l’occasion de s’interroger. De se questionner sur nos modes de consommation, avec cet indispensable besoin de manger local. De soutenir les producteurs locaux, les grossistes, les associations… confrontés aux risques de fermeture des marchés alimentaires. Préparons les assiettes de demain avec une alimentation saine et de proximité.

Publié le 18/05/2020
Sabine THILLAYE