Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

15 Jan

[VIE DES TERRITOIRES] à Savigné-sur-Lathan, un marché en figure de proue

Catégories : Travail en Circonscription

« Les rêves sont des territoires de lucidité, bien plus que nous n’osons nous l’avouer. » disait Sire Cédric dans Le premier sang. C’est bien de ces territoires, de cette lucidité et de ses rêves qu’est parti Hugues Brun, le Maire de Savigné-Sur-Lathan, pour élaborer le projet de sa ville et de son de territoire.

Nichée au carrefour du Lathan, entre Hommes, Channay-sur-Lathan, Rillé, Saint-Symphorien-les-Ponceaux, Clère-les-Pins, à quelques encablures de Langeais et à 30 minutes de Tours, le Maire a compris très vite, que la première marche de la redynamisation de sa commune, devait porter sur l’attractivité sociale en faisant émerger les énergies locales.

Pour y parvenir, d’emblée, Hugues Brun a posé les arches de ses voies de construction. A la santé, la scolarité, la culture, l’emploi, l’idylle a su apporter un plus en redynamisant le marché du mercredi (anciennement situé face à la Mairie) dans les rues de son village.

En conjuguant tous ces paramètres de la vie en collectivité, Hugues Brun a su redonner une impulsion salutaire à la centralité de sa ville.

Et le marché en devient assez malicieusement le symbole. En effet derrière les produits locaux, les savoir faire du terroir, les traditions locales, le Maire a vite compris que ce rdv hebdomadaire est aussi une source de le lien social et une base indispensable en vue d’une construction commune du vivre ensemble.

Circuits courts, producteurs locaux, artisanat de proximité, métiers de bouche, convivialité… tous les ingrédients sont réunis pour allier le plaisir à l’utilité économique locale et commerciale.

Alors bien sûr rien n’est gagné d’avance et il faudra redoubler d’énergie pour poursuivre la revitalisation de son territoire. Mais cela Hugues Brun, ses adjoints et ses agents le savent très bien et comme le dit très justement Philippe Marin l’adjoint responsable au marché : « il ne faut pas baisser la garde tous les mercredis c’est une remise en cause de l’existence de ce marché, c’est le prix à payer pour redonner à notre ville, la place centrale qu’elle doit occuper sur son territoire ».

A n’en pas douter, ils sont sur la bonne voie !

Abel Pires

Publié le 15/01/2021
Sabine THILLAYE