Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

15 Fév

[Concertation] Apiculteurs et arboriculteurs, ensemble pour la biodiversité

Catégories : Travail en Circonscription

🌿 Dans le cadre de la réflexion sur le plan pollinisateurs présenté le 18 décembre dernier, j’ai souhaité rencontrer les arboriculteurs et les apiculteurs de Touraine afin d’échanger sur leurs attentes. C’est aujourd’hui à Sonzay, chez Xavier Simier que s’est tenue cette table ronde.

🤝 Ces deux filières, arboricoles et apicoles, travaillent dans la plus grande synergie, parfois depuis plusieurs générations dans un duo gagnant-gagnant pour le maintien de la chaîne du vivant sur les exploitations.

🐝 Pour l’apiculteur, qui installe ses ruches dans les vergers pendant la floraison, il s’agit de permettre aux abeilles de butiner les fleurs pour faire le plein de miel.

🍎 Pour l’arboriculteur, qui accueille les ruches, les abeilles jouent un rôle crucial en transportant le pollen vers le pistil des fleurs qui ainsi se transformeront en fruits.

♻️ Ainsi l’un et l’autre sont interdépendants : sans abeilles, pas de fruits et sans fleurs, pas de miel. C’est donc ensemble et avec bon sens que les apiculteurs et les arboriculteurs font face aux différents risques qui pèsent sur la production ; les ravageurs des ruches, les maladies des pommiers… bien des facteurs mettent à mal cet équilibre fragile, qui demande un travail précis et une réactivité renforcée.

💡 Aussi, il appartient au politique de s’appuyer sur ce travail collectif pour trouver le bon placement du curseur entre la sauvegarde de la biodiversité, dont les pollinisateurs sont les acteurs majeurs, et la sauvegarde de nos filières arboricoles dont font partie les 1 200 hectares de vergers du Val-de-Loire, qui n’ont pas toujours de solutions alternatives, à l’instar du traitement de la tavelure.

🇫🇷 Aujourd’hui, les productions françaises, plus saines comme la filière pomme, sont moins compétitives vis-à-vis des homologues européens et n’assurent plus à elles seules la consommation nationale.

🇪🇺 L‘agriculture française doit servir d’exemple à une production agricole européenne de haute qualité et d’exigence environnementales, par une harmonisation des règlementations nationales au sein de l’Union européenne, afin d’éviter toutes distorsions de concurrence, mettant à mal la survie des producteurs. Il s’agit également de ne pas soutenir, via nos importations, l’usage de produits et techniques qui sont interdits à l’agriculteur français.

👍 Encore une fois, le consommateur a son rôle à jouer en privilégiant les achats issus d’une agriculture responsable en soutien aux producteurs locaux de miel et de fruits.

Publié le 15/02/2021
Sabine THILLAYE