Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

21 Mai

Julien Denormandie : Bon équilibre trouvé sur la redistribution du budget de la PAC

Catégories : Activité Parlementaire

Le plan stratégique français de la politique agricole commune 🇪🇺(PAC) 2023-2027 se concrétise. Cet après-midi, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a présenté les arbitrages financiers du plan stratégique national aux députés.

Tout d’abord, le ministre a souligné l’effort réalisé par la France pour convaincre la Commission européenne et les autres États membres de maintenir le budget de la PAC. La politique agricole restera par conséquent l’un des piliers centraux de la politique européenne.

Le futur plan stratégique national se décline en 5 axes :

❇️Consolidation de la production qualitative en soutenant la compétitivité hors coût (la qualité des aliments français) et en consolidant les revenus de nos agriculteurs

❇️Accompagnement de la transition écologique avec des écorégimes inclusifs et un investissement de 1,7 milliards dans l’agriculture biologique

❇️Investissements dans l’agriculture de demain avec un volet financier supplémentaire de l’État à la hauteur de 140 millions d’euros par an et en soutenant les jeunes agriculteurs avec les aides du 1er et du 2ème pilier de la PAC

❇️Sortie des dépendances de l’agriculture européenne en investissant 20 millions d’euros supplémentaires par an dans la filière des protéines végétales

❇️Création de valeur sur nos territoires en opérant un transfert de fonds vers le laitier et en renforçant l’approche territorial avec une attention particulière aux zones intermédiaires, montagneuses et ultramarines

Les futurs écorégimes qui visent à verdir la PAC seront inclusifs et non exclusifs. Concrètement, cela signifie que 79% des grandes exploitations seront éligibles aux écorégimes contre 25% initialement prévus.

Selon Julien Denormandie, des déséquilibres majeurs entre les différentes régions et les différentes filières ont pu être évités. Il n’y aura pas de variations qui vont au-delà d’une baisse ou d’une augmentation des aides de 4% à l’échelle régionales et inter-filière.

Le ministre a insisté sur la stabilité globale de la nouvelle PAC :

🌾Une stabilité globale des aides pour les grandes cultures
🐄Une augmentation des aides de 2% pour la filière laitière
🐑Une augmentation de 2-3% des aides pour la filière ovine
🐷Stabilité sur la polyculture élevage

La nouvelle PAC assurera donc à la fois une visibilité à moyen terme pour nos agriculteurs, contribuera au verdissement du monde agricole et renforcera la souveraineté alimentaire de la France et de l’Europe.

La prochaine étape dans la négociations de la nouvelle PAC sera la finalisation du trilogue entre la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne fin mai qui tranchera sur les dernières questions globales qui restent à ce stade ouvertes. Le ministère de l’Agriculture, lui, poursuit ses consultations avec les parties prenantes et les négociations avec la Commission européenne sur le plan stratégique national jusqu’à la fin de l’année.

Publié le 21/05/2021
Sabine THILLAYE