Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

19 Juil

Première réunion COSAC sous Présidence slovène

Catégories : Commission des Affaires Européennes

Lundi 19 juillet, les présidents de commission des Affaires européennes des 27 États membres sont réunis pour la première réunion COSAC sous présidence slovène.

Le premier point à l’ordre du jour était les priorités du programme slovène pour les six mois de présidence qui doivent permettre d’avancer à la fois sur la relance à court terme et sur l’avenir. L’accent est mis sur la résilience, la reprise et l’autonomie stratégique de l’Union, dont l’Europe a d’autant plus besoin après la crise. La création de la nouvelle autorité européenne d’intervention en cas d’urgence sanitaire est une priorité absolue pour anticiper de nouvelles crises. 

 Sabine Thillaye a insisté sur la préservation des valeurs européennes. Cela passe désormais par la mise en œuvre des nouveaux instruments votés sous présidence portugaise, en particulier le règlement sur la conditionnalité des fonds à l’État de droit.

L’Europe n’est pas uniquement un marché mais une communauté de valeurs clairement inscrites dans les traités. Ces valeurs sont précieuses et doivent être protégées. Elle a appelé la présidence slovène à y accorder une importance particulière. 

Également à l’ordre du jour, la question de la cybersécurité

De façon surprenante, le sujet de la cybersécurité en matière spatiale est longtemps demeuré inexploré. D’une part, notre dépendance aux équipements spatiaux est de plus en plus importante, non seulement en raison des services essentiels qu’ils contribuent à fournir, en matière de télécommunications par exemple, mais aussi en raison de leur nombre qui ne cesse d’augmenter. 

D’autre part, et c’est là qu’est tout le paradoxe, la cybersécurité des satellites demeure sous-évaluée et ne tend pas à s’améliorer, notamment en raison des lancements réalisés par les sociétés privées, qui privilégient le faible coût de construction et l’appui sur des logiciels en open source.

La prise de conscience des enjeux en matière de cyberdéfense spatiale est tardive, mais intervient aujourd’hui à différents échelons, national, européen et mondial. Au niveau européen, en décembre 2020, l’agence spatiale européenne a signé avec une société privée un contrat portant sur la mise en place d’un centre spécialisé dans le renforcement de la cybersécurité des programmes spatiaux européens. 

Sabine Thillaye a incité au renforcement des initiatives européennes dans ce domaine, afin de faire de l’Europe un leader du cyberespace.

Publié le 19/07/2021
Sabine THILLAYE