Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

17 Jan

[Égalité femmes-hommes] STOP aux violences sexuelles et sexistes

Catégories : Activité Parlementaire

La lutte contre les violences sexistes et sexuelles est au cœur de l’action du Gouvernement depuis 2017. Elle s’inscrit dans le cadre de la politique d’égalité entre les femmes et les hommes, décrétée Grande cause du quinquennat par le président de la République.

En cinq ans, les dispositifs et moyens de signalement des faits de violence conjugales ont été considérablement renforcés, qu’il s’agisse des moyens « classiques » comme la prise de plainte en commissariat et brigade de gendarmerie, mais aussi des moyens dématérialisés comme le 114 par SMS, la plateforme arretonslesviolences.gouv.fr. et la possibilité d’y faire un signalement 24h/24 et 7/7.

Pour mieux accueillir et prendre en charge les victimes, le Gouvernement a créé 7 800 places d’hébergements supplémentaires pour les femmes victimes de violences, y compris dans la nouvelle Maison des Femmes du CHRU de Tours, inaugurée en 2021. Le Gouvernement a également renforcé la formation des forces de sécurité intérieure. 90 000 policiers et gendarmes ont été formés aux violences, et 100% des élèves le sont désormais en sortant d’école. 404 intervenants sociaux en commissariat et brigade de gendarmerie sont par ailleurs présents partout sur le territoire pour prendre en charge les victimes et les accompagner dans leurs démarches.

Le président de la République, en déplacement à Nice la semaine dernière, a annoncé des mesures complémentaires es qui compléteront les dispositifs existants de lutte contre les violences sexuelles et sexistes.

  • – D’abord, pour mieux prévenir les faits de violences conjugales, grâce à la création d’un fichier de prévention des violences intrafamilliales, qui permettra notamment de prendre en compte les signaux faibles et d’empêcher la récidive.
  • – Ensuite, pour mieux faciliter les signalements et mieux les traiter. Le Gouvernement travaillera à ce que les associations puissent déposer plainte, au nom des victimes, et doublera le nombre d’enquêteurs dédiés dans les unités spécialisées. Le nombre d’intervenants sociaux dans les commissariats et brigades de gendarmerie sera rehaussé et porté à 600 pour mieux accompagner les victimes.
  • – Enfin, pour protéger toujours plus les femmes face aux agressions qu’elles subissent dans l’espace public et les transports en commun. Depuis 2018, la France est le premier pays au monde à verbaliser le harcèlement de rue. Le Gouvernement triplera l’amende, pour la porter à 300 € et doublera les forces présentes dans les transports en commun, pour mieux lutter contre ce phénomène.

La lutte contre les violences sexuelles et sexistes continue ainsi à mobiliser l’ensemble du Gouvernement dans l’objectif de promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes.

Publié le 17/01/2022
Sabine THILLAYE