Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

09 Mai

Le serment de Strasbourg d’Emmanuel Macron pour le futur du projet européen

Catégories : Commission des Affaires Européennes

© Union européenne, 1995-2022

A l’occasion de la cérémonie de clôture, le Président de la République a donné un discours ambitieux sur le futur du projet européen.

« Ce serment de Strasbourg pour une Europe souveraine, unie, démocratique et ambitieuse. Il nous appartiendra d’y être fidèle, tous et toutes ensemble. »

L’occasion pour le Président de rappeler la volonté française de réformer autant qu’il le faudra notre Union européenne afin de lui donner les moyens de faire face aux défis actuels : la mise en place d’une convention de révision des traités européens sera discutée sous Présidence française de l’Union européenne, durant le Conseil européen de juin. « Ceci supposera d’avancer pour plus de simplicité.  »

Nous devons rendre l’Union européenne plus agile, plus réactive, plus opérationnelle pour répondre au crise et cela passe notamment par l’extension du vote à la majorité qualifiée dans de nouveaux domaines.

Le Président est également revenu sur la place de l’Ukraine vis à vis de l’UE.

« L’Ukraine, par son combat et son courage, est d’ores et déjà aujourd’hui membre de cœur de notre Europe, de notre famille, de notre union. »

L’acquis communautaire exigeant mais précieux que nous avons construit depuis le traité de Maastricht nous oblige à admettre que l’intégration de l’Ukraine à l’UE ne pourrait se faire aussi rapidement que notre partenaire le souhaite. Le Président est pourtant conscient de la nécessité de rassembler au sein de notre continent ceux qui portent les valeurs de la démocratie.

« C’est notre obligation historique que d’y répondre aujourd’hui et de créer ce que je qualifierai aujourd’hui devant vous une « communauté politique européenne. Cette organisation européenne nouvelle permettrait aux nations européennes démocratiques adhérant à notre socle de valeurs de trouver un nouvel espace de coopération politique »

Publié le 09/05/2022
Sabine THILLAYE