Présidente de la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale
Membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées
Députée d'Indre-et-Loire

26 Juin

Le Conseil européen des 20 et 21 juin, une réunion éminemment politique

Catégories : Activité Parlementaire - Commission des Affaires Européennes

En Commission des Affaires européennes, nous avons entendu la ministre Amélie de Montchalin sur les résultats du Conseil européen des 20 et 21 juin.

Le premier enjeu de ce Conseil était de tirer les conséquences des dernières élections européennes. Et surtout de faire un premier tour de table sur les nominations aux cinq plus hautes fonctions de l’Union européenne, si on y inclut la présidence de la Banque centrale européenne – BCE. Si l’installation du Parlement européen est prévue pour le 2 juillet, ce dernier a déjà repoussé au 3 juillet l’élection de son Président. Ce qui illustre combien les discussions sont compliquées.

L’autre enjeu était bien sûr de fixer les priorités de travail pour la nouvelle législature européenne. Le Conseil a adopté le nouveau programme stratégique 2019-2024.

La question de l’opportunité de l’élargissement a également donné lieu à de vifs débats. Nous nous en rendons compte ici aussi, à la Commission des affaires européennes. De nombreuses délégations, d’Albanie, de Macédoine du Nord, ou des Balkans en général, demandent en effet à nous rencontrer. Les présidences bulgares, autrichiennes ou roumaines ont poussé à cet élargissement.

Le Conseil a également pris acte de l’état d’avancement des discussions sur le cadre financier pluriannuel – CFP pour la période 2021-2017. Nous avons d’ailleurs longuement débattu de cette question lors la dernière réunion de la Conférence des organismes spécialisés dans les affaires communautaires – COSAC.

Pour retrouver le compte-rendu de cette réunion, cliquez ici.

Publié le 26/06/2019
Sabine THILLAYE